La manipulation perverse dans le couple

Le couple est un lieu où se jouent parfois des drames dont personne n’est témoin, même si certaines des interactions se déroulent en public. L’intimité d’un couple comporte des dimensions complexes dont les protagonistes eux-mêmes ne mesurent pas toujours très clairement l’impact. La seule chose certaine : on n’en sort pas indemne.

Séduction et manipulation

Mon RoiLe film « Mon Roi » de Maiwenn (visible dans son intégralité sur streamcomplet.com) offre un exemple très nuancé de manipulation perverse au sein du couple.
On pourrait, en effet, être tenté de croire que la manipulation perverse donne lieu à des actes de violence spectaculaires mais il n’en n’est rien. Et ce film en témoigne avec élégance et délicatesse.

Au départ, il y a une histoire de séduction : que ce soit l’homme ou la femme, le membre du couple qui s’avèrera le manipulateur a besoin de reconnaissance ; il a besoin de plaire et de séduire. C’est ainsi que naît la relation.
Il est charmant, légèrement différent, libre : c’est ce qui fait son charme.

C’est également ce qui fera le malheur de sa partenaire qui, progressivement, va se voir dessaisie de son autonomie, obligée d’accepter constamment des décisions prises unilatéralement, mise devant des faits accomplis et privée de toute capacité d’action.

Une violence sans traces

La manipulation perverse dans le couple s’exerce insidieuse, sans éclats.

Pas de violence physique, pas de coups, aucune trace matérielle : la victime est peu à peu niée dans son identité, sa spécificité, sa dignité.

Elle n’est plus une personne dotée de compétences et d’un statut social parfois enviable : elle est devenue un satellite, carrément un accessoire de l’autre. Elle n’est plus une personne : elle est un objet.
Et son rôle, c’est d’obtempérer, d’approuver, de dire « oui » à tout ce qui est ainsi organisé.

L’autre ment, invente des scénarios, vous embarque dans un tissu de bobards ; et quand vous indiquez que vous n’êtes pas dupe, vous changez de statut : vous devenez le ou la dingue, la personne qui affabule, la paranoïaque. Vous le trouvez au lit avec une fille : il jure ses grands dieux qu’il ne la connaît pas se demande comment elle est arrivée là.

Qui êtes-vous, finalement ?

Au bout du compte, vous perdez tous vos repères, vous vous demandez qui vous êtes et si vous valez quoi que ce soit.

Cette situation vous fait-elle penser à la vôtre ?
Vous demandez-vous, vous aussi, où vous en êtes ?
Si c’est le cas, contactez Nadia Mezi : elle vous aidera à retrouver le chemin de l’autonomie et de la dignité.

Ajouter un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publié. Les champs requis sont marqués *

Téléphone :

+32 483 44 26 04